Paléontologie

Bien avant la Préhistoire...

La dalle à empreintes de mammifères de Collorgues

 C'était il y a 35 à 40 millions d'années et, non ce n'était pas des dinosaures ! A cette époque les dinosaures ont disparu il y a déjà quelques 20 millions d'années. Surchauffe climatique ? Eruptions volcaniques en chaîne ? Rencontre entre la terre et  un mystérieux astéroïde ? La raison de l'extinction de ces géants  fait toujours débat. Mais ce qui est certain c'est que, après avoir  régné sur la terre pendant quelques 200 millions d'années, les dinosaures sont brusquement sortis du paysage. L'homme, lui, n'a pas encore fait son apparition. Ce sera pour plus tard. Beaucoup plus tard. Entre les deux, une nouvelle espèce va faire son entrée en scène : les mammifères du tertiaire. Singulier bestiaire. Pour peu qu'on laisse vagabonder son imagination, on leur trouvera une parenté avec le cheval ou le tapir, un lointain cousinage avec la hyène ou le sanglier. Sur la terre des dinosaures, ils n'avaient pas réussi à trouver leur place. La grande extinction leur a permis de pendre leur revanche. Ce sont ces animaux dont vous allez découvrir les traces. Ce sont eux les ancêtres de nos mammifères d'aujourd'hui.

Un site exceptionnel en terme de patrimoine

Et pourtant cette dalle grisâtre retiendrait à peine l'attention, sans  les quatre blocs de pierre massifs qui la détachent du chemin d'Aubussargues, à quelques centaines de mètres du coeur du village. « Comme la dalle de Garrigues-Sainte-Eulalie, qui en est toute proche, celle de Collorgues n'en constitue pas moins un site exceptionnel en termes de patrimoine, non seulement européen mais mondial », affirme le géologue Didier Nectoux, ancien professeur à l'école des mines d'Alès, et, aujourd'hui, directeur du Musée de la minéralogie, à Paris. Contrairement aux pas de dinosaures, les empreintes de mammifères du tertiaire sont rarissimes à la surface de la terre. On compte une petite soixantaine de sites de ce type dans le monde et moins d'une dizaine en France, dont trois dans le Luberon et deux dans le Gard. A Garrigues et à Collorgues.

Un paysage lacustre et marécageux

Comment ces empreintes sont elles parvenues jusqu'à nous ? Et surtout comment nous sont elles parvenues dans un tel état de conservation ? Il faut bien sûr effectuer un formidable retour en arrière pour réaliser ce qui s'est passé. Dans cette période de l'éocène supérieur, plus précisément du lutétien, dans le langage des paléontologues. Le climat est à la fois humide et chaud, très chaud même (« sans doute un des plus chauds des temps géologiques », dit Didier Nectoux) et les paysages auxquels nous sommes habitués aujourd'hui, d'Alès à Collorgues, sont recouverts de zones lacustres et marécageuses. 

En circulant sur les bords des marais, les animaux vont inscrire leurs empreintes dans le fonds humide. (cf. photos ci-dessus : reconstitution du hyaenodon, à gauche, un prédateur aux puissantes mâchoires et, à droite,  l'anoplotherium, un herbivore à longue queue). «Leur pied en s'enfonçant et en ressortant du sol a laissé un moulage intégral de  plusieurs centimètres de profondeur : 30 à 80 mm pour les pattes rondes des grands carnivores et jusqu'à 100 mm pour les sabots des gros herbivores », écrit le paléontologue Paul Ellenberger, dans son étude de la dalle de Garrigues-Sainte-Eulalie publiée en 1980.  (Voir ci-dessous pour télécharger le document)

Un petit miracle géologique

On a longtemps cru que ces traces recueillies par une pellicule de boue suffisamment compacte avaient été « fixées » par une couche de sédiments apportée par le retour de l'eau. « On sait aujourd'hui qu'il n'en est rien, dit Didier Nectoux, Comme elle efface les traces de nos pas dans le sable, l'eau aurait dû effacer celle de nos mammifères. Seule la conjonction quasi miraculeuse d'événements géologiques, l'apparition de micro organismes déposant en un temps très court une sorte de manteau bactérien sur les empreintes, a permis de les conserver en l'état, avant que de nouveaux dépôts les recouvrent à leur tour, en les mettant à l'abri de l'érosion». Si maintenant on peut suivre ces animaux à la trace, c'est que « le colmatage en a garanti la préservation intégrale sans que le moulage du pied au sol en ait été perturbé », relevait déjà Ellenberger

La hyène, le cheval et le tapir

Observez ces trois doigts incrustés dans la pierre de Collorgues qui se détachent maintenant avec une vérité troublante. Ce sont ceux du paleotherium. Mi cheval, mi tapir, sa reconstitution au XIX ème siècle grâce aux ossements découverts dans les carrières de gypse de la Butte Montmartre, à Paris, contribuera grandement à la gloire du naturaliste Georges Cuvier.

A télécharger  le document édité par la Société d'Etude des Sciences Naturelles de Nîmes et du Gard, Muséum d'histoire naturelle et de la préhistoire, 13 boulevard de l'Amiral Courbet, 30000 Nîmes

 Un peu plus loin, ces traces arrondies sont celles de l'anoplotherium, un autre mammifère fossile découvert par Cuvier, en 1804, dans le gypse éocène de Montmartre. Une trentaine de spécimens de ces herbivores terrestres ont été retrouvés en France et en Grande Bretagne.  Quant à ces empreintes de forme discoïde aux marques de griffes visibles, cinq pour les membres antérieurs, quatre pour les membres postérieurs, ce sont celles de l'hyaenodontipus praedator, le hyaenodon, un carnivore aux puissantes mâchoires longues et étroites. 

 Celui là, c'est plutôt à notre hyène qu'il ferait penser, même s'il avait la carrure d'un lion et si son corps robuste et sa longue queue l'apparentent davantage à un félin qu'à un canidé. A peu près la totalité des traces relevées peuvent « être étudiées un pas après l'autre », écrit Ellenberger. Aux empreintes des sabots ou des griffes, à ce qu'elles nous disent de la lourdeur du train, de la carrure du corps, on sait désormais à qui on a à faire : herbivores, rongeurs, carnivores...

Et de constater, non sans émerveillement, que ces traces si énigmatiques lorsqu'on les découvre pour la première fois sur la pierre de Collorgues ou de Garrigues nous ont permis de découvrir les « ébats et les activités familières de ces animaux dont on ne connaît habituellement que divers restes osseux, dont en priorité ceux du crâne ».

A télécharger: Sur les empreintes de pas des gros mammifères de l'Eocène supérieur de Garrigues-Saint-Eulalie par Paul Ellenberger

Pour découvrir les dalles de Collorgues et de Garrigues

- En voiture

A la sortie de Collorgues, emprunter la D120 en direction d'Uzès. Peu après la sortie du village, tourner à gauche sur le chemin d'Aubussargues. La dalle se trouve sur la droite, à quelques centaines de mètres, protégée par des blocs de pierre.

Pour rejoindre la dalle de Garrigues par la route, reprendre la D 120 et, à mi chemin entre Collorgues et Aubussargues tourner à gauche au panneau DFCI U 34. Suivre la piste sur 500 mètres. La dalle se trouve sur le côté droit

-A pieds

Partir de la mairie de Collorgues. Suivre le chemin du Bosc, puis le chemin d'Aubussargues. La dalle se trouve sur la gauche, à quelques centaines de mètres de l'intersection avec la D120.

On peut rejoindre la dalle de Garrigues en empruntant un chemin à travers la garrigue; Se renseigner auprès de la mairie

Dans le Luberon

- La dalle à empreintes de Viens se trouve à 1 km au sud de Gignac. Stationner au croisement entre la route et le GR et prendre la piste en direction de Viens sur 500 mètres. Pour plus d'information, consulter les sites suivants :